Citoyens, patients, assurés sociaux à vos devoirs !

Auteur : Gildine CROIZE

L’idée d’une responsabilisation du patient n’a fait que grandir depuis la mise en exergue de la « démocratie sanitaire » par la loi Kouchner. Autonomes l’individu, le patient et l’assuré social, se doivent de prendre soin de leur(s) corps, malade ou non, dans une société où le système de sécurité social repose sur la solidarité. L’éducation est présentée comme un moyen efficace pour améliorer les conditions de vie de la population tout en régulant les dépenses en santé. Cependant, l’omniprésence de l’éducation n’a pas aboutit à une clarification de son régime juridique. Bien au contraire, la loi HPST est venue compléter le flou notionnel en assimilant des notions pourtant distinctes. Champ de compétence, objet et nature différents, l’éducation sanitaire, thérapeutique et l’accompagnement ne doivent plus être confondus et leurs mutations possibles anticipées.

Gildine CROIZE

Allocataire de recherche CNAMTS, Centre européen d’Études et de Recherche Droit&Santé, Université Montpellier I

dignité patients assurés sociaux citoyens éducation sanitaire éducation thérapeutique accompagnement mode de vie responsabilisation liberté personnelle respect de la vie privée inviolabilité du corps humain