Rejet du licenciement pour faute grave d’une infirmière pour défaut de surveillance : une question de compétence et d’urgence

Auteur : Sophie SELUSI-SUBIRATS

Ce document commente le texte : Cass. soc., 17 décembre 2014 : n° 13-17817

Sophie SELUSI-SUBIRATS

Sophie SELUSI-SUBIRATS est maître de conférences en droit privé à l'université de Montpellier et est membre de l’école de droit social de Montpellier.

infirmière rejet défaut de surveillance licenciement pour faute grave