Décès d’un patient admis aux urgences : l’incertitude du lien causal entre les fautes des médecins et le décès justifie la relaxe

Auteur : Pierre-Laurent VIDAL

Ce document commente le texte : Cass. crim. 24 mars 2015 : n° 14-83200

Pierre-Laurent VIDAL

Pierre-Laurent VIDAL est avocat à la cour et chargé d’enseignement à l’université de Montpellier.

homicide involontaire responsabilité pénale du médecin (non) décès d’une patiente admise en service des urgences antibiothérapie précoce ne permettant pas nécessairement d’éviter le décès preuve non rapportée du lien de causalité