Exercice médical et faits religieux : faut-il redéfinir la laïcité à l'hôpital ?

Auteur : Pierre ABERKANE

Les juges ont confirmé les contours de la prise en charge du patient suite aux poursuites judiciaires engagées par les Témoins de Jéhovah qui ont toujours refusé de recevoir une transfusion quant bien même leur vie serait en danger.

Ces dernières années, nous avons pu constater une modification substantielle dans la relation soignant/patient, et plus particulièrement lorsque le patient est du sexe opposé à celui du personnel qui le prend en charge.

La méconnaissance des pratiques culturelles et surtout la pratique excessive de certains patients sont les deux causes de comportements agressifs des patients et de leurs proches à l'encontre du personnel de l'établissement de santé public ou privé.

Les relations conflictuelles opposant le personnel d'un établissement de santé et les patients restent très résiduelles.

  1. L’absence de référence au droit européen dans la circulaire : simple oubli ?
  2. Laïcité, respect des valeurs du service public et respect des convictions religieuses
  3. La neutralité des personnels du service public hospitalier
  4. Le respect de l’organisation du service est-il antinomique avec le respect des convictions religieuses ?
  5. Convictions religieuses face au Code de la santé publique
  6. Le Code de déontologie face à la religion
  7. Le patient non émancipé, la religion et le consentement

Pierre ABERKANE

Docteur en droit public

corps humain consentement déontologie égalité santé publique éthique refus de soins liberté laïcité religion atteinte corporelle neutralité continuité du service public hospitalier acte médical à finalité non-thérapeutique