La question hospitalière postmoderne

Mythologies et rationalités

Auteur : Érick VILLARD

Objet philosophique au moins autant qu’objet historique, l’hôpital est au cœur d’un ensemble structurant – d’un dispositif – dont la complexité amène à s’interroger sur l’institution comme lieu de production de vérité et pas seu­lement comme domaine de juridiction susceptible de rendre compte à des instances scientifiques, juridiques ou encore politiques depuis l’apparition de la démocratie sanitaire.
Ainsi, à l’aube d’un XXIe siècle où des registres différents – social, politique, idéologique, culturel – sont désormais mis en relation étroite et permanente, les transformations qui ont affecté l’ensemble des manières de dire et de voir…, les réorganisations successives du domaine hospitalier…, les bouleversements de l’enseignement médical…, les évolutions des théories et pratiques scienti­fiques…, et les préoccupations économiques… dévoilent une rupture que tentent encore de masquer les apparentes continuités du discours alors que la recomposition du dispositif s’avère inéluctable et totale.
C’est donc dans l’incertitude de ces mutations ou pseudo-mutations et des tensions qu’elles établissent, voire légitiment, qu’il convient désormais de penser l’hôpital : institution mesure de la civilisation d’un peuple à l’ère au­jourd’hui certifiée des rationalités structurantes et des conditionnalités de plus en plus radicales.
Pour cela, encore faut-il s’extraire intellectuellement d’une pensée qui s’orga­nise à l’intérieur de cadres mentaux formés entre 1945 et 1975 pour délivrer le sujet de l’assujettissement dans lequel il se trouve ainsi maintenu et réexaminer la rationalité qui préside aux choix contemporains en matière de santé. Quitte à remettre en cause une nouvelle fois la pseudo-continuité qui se donne à voir et dont le seul dessein consiste à masquer la rupture qu’il ne faut pas voir à l’aube du XXIe siècle.

Avant-propos

D’un horizon d’attente, l’autre

I. Le paradigme de l’obscur
A. « Il faut des hommes probes, idoines, de bonne réputation… »

II . La rationalité classique
A. De l’hospitalité à l’enfermement : rupture épistémologique ?
B. Hôtel-Dieu et hôpital général, l’heure du choix : institution d’assistance, de police ou de soins ?

III . Le spectre de la modernité
A. L’intemporalité des cahiers de doléances : legs de la modernité et horizon d’attente indépassable
B. Cabanis, Fourcroy, Chaptal : révolution médicale ou nouvelle normativité ?
C. Les actes de naissance de l’hôpital postmoderne

IV. La confusion postmoderne
A. Un premier XXe siècle : l’invention de la contingence
B. Un second XXe siècle : l’irruption de la contingence
C. Les équations de la question hospitalière à l’aube du XXIe siècle
D. à l’aube du XXIe siècle : régénérer l’espèce humaine ?

V. Sémantiques de rupture
A. De l’hôpital à l’établissement de santé : l’euphémisation
B. Du biopouvoir à la démocratie sanitaire : la sociologisation
C. Du déni anthropologique à la dignité : la juridicisation
D. Du client-patient-usager à la personne malade : la normalisation

VI. Structures du changement
A. Généalogie d’une confusion babélienne
B. Archéologie de la condition du sujet
C. Figure de l’ordre figure de la transgression
D. Une imperceptible et insaisissable tension…

La rumeur infinie des archives

Bibliographie

Thème : Philosophie/Sociologie/Histoire, Culture générale/prépa concours

La question hospitalière postmoderne

Fiche technique

Parution numérique : février 2018
Version imprimée publiée
en janvier 2016

Collection : Libre propos

Support : Numérique

ISBN : 978-2-84874-715-6

ISSN : en cours

Format : 135x190 mm

240 pages