AERAS

S'assurer et emprunter avec un risque de santé aggravé

L'accès à l'assurance et au prêt, notamment aux prêts professionnels pour la création d'entreprise, reste difficile pour les personnes atteintes d'un handicap malgré les avancées apportées par la convention dite Belorgey appliquée depuis 2002. Grâce à cette convention, environ 26 000 candidats à l'emprunt, présentant un risque de santé aggravé ou un handicap (sur un total d'environ 30 000 personnes entrant chaque année dans le dispositif), ont bénéficié d'une proposition d'assurance. La convention a également fait progresser la prise de conscience collective des difficultés auxquelles était confrontée cette population. Afin de mieux répondre aux attentes des publics concernés, les pouvoirs publics ont lancé, en mai 2006, une négociation avec les professionnels de l'assurance et de la banque, ainsi que les associations de consommateurs et les associations représentant les personnes malades ou handicapées, avec pour objectif de parvenir à un accord sur une nouvelle convention, plus ambitieuse. La négociation s'est achevée par la signature, le 6 juillet 2006, de la convention AERAS, « s'assurer et emprunter avec un risque de santé aggravé », dont la mise en œuvre est prévue pour le 1er janvier 2007.

La convention AERAS apporte des améliorations importantes par rapport à la convention actuelle. Notamment, elle précise les efforts d'information des diverses parties prenantes (pouvoirs publics, professionnels, associations) pour faire connaître la convention ; elle renforce les règles de confidentialité relatives aux données médicales ; elle permet un traitement plus diligent des demandes de prêts immobiliers ; elle marque l'engagement des assureurs à étudier toute demande d'assurance, même en amont de la signature d'une promesse de vente ; elle consacre une validité de quatre mois de toute proposition d'assurance ; elle permet un recours facilité aux délégations d'assurance.

La nouvelle convention élargit par ailleurs les seuils d'éligibilité des prêts : augmentation des plafonds(300 000 euros pour les prêts immobiliers et 15 000 euros pour les prêts à la consommation), suppression du critère de durée pour les prêts immobiliers (auparavant quinze ans) remplacé par une limite d'âge en fin de prêt (soixante-dix ans) et augmentation de l'âge limite des emprunteurs pour les crédits à la consommation (cinquante ans). Elle prévoit également un renforcement des mécanismes de suivi (commission de suivi et de propositions, commission des études et recherches, commission de médiation) pour vérifier l'efficacité du dispositif.

La nouvelle convention apporte enfin deux novations majeures : elle crée un mécanisme de mutualisation des surprimes en faveur des emprunteurs à revenus modestes et elle instaure une couverture invalidité pour les crédits immobiliers et professionnels. Le mécanisme de mutualisation des surprimes, soumis à condition de ressources, est destiné à atténuer pour les foyers le surcoût de l'assurance décès-invalidité pour l'acquisition de la résidence principale et les prêts professionnels ; il sera financé par les assureurs et les établissements de crédit.

S'agissant de l'assurance invalidité, les assureurs se sont engagés, lorsque l'assurance est possible, à proposer une assurance invalidité assurant au minimum la couverture du risque de perte totale et irréversible d'autonomie ainsi qu'une couverture additionnelle dans des cas déterminés prévus au contrat. Les établissements de crédit, de leur côté, se sont engagés à fonder leur décision de prêt sur le seul critère de la solvabilité du candidat à l'emprunt et à ce que l'apparition d'un problème lié à l'obtention d'une assurance invalidité n'entraîne pas conséquence systématique sur l'octroi d'un prêt. Ils se sont également engagés à rechercher des garanties alternatives dans les cas où l'assurance invalidité est impossible. Par son contenu et l'implication de toutes les parties prenantes, la convention AERAS devrait permettre de faciliter de manière très significative l'accès au crédit des personnes présentant un risque de santé aggravé et des personnes handicapées pour la réalisation de leurs projets personnels et professionnels.