MAIA

méthode d’action pour l’intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’autonomie

Méthode d’action pour l’intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’autonomie (MAIA) est une méthode qui associe tous les acteurs engagés dans l’accompagnement  des personnes âgées de 60 ans et plus en perte d’autonomie et de leurs aidants grâce à une démarche novatrice : l’intégration des services d’aide et de soins.

L’intégration fait l’objet d’une préoccupation internationale depuis les années 1990 et fait partie des politiques publiques en France depuis 2008. L’intégration conduit tous les acteurs à coconstruire leurs moyens d’action, leurs outils collaboratifs, et in fine à partager les actions elles-mêmes et la responsabilité de leur conduite. Cette approche permet d’apporter une réponse décloisonnée, harmonisée, complète et adaptée aux besoins de la personne âgée (accueil, information, orientation et mise en place de soins, d’aides ou de prestations), quelle que soit la structure à laquelle elle s’adresse.

La MAIA garantit:

  • La concertation décisionnelle des acteurs sur 2 plans :

–stratégique : espace collaboratif entre décideurs et financeurs des politiques gérontologiques (ARS, conseils généraux, CARSAT, RSI, MSA, CPAM et autres) ;

 

– tactique : espace collaboratif et décisionnel entre les opérateurs responsables des services d’aide et de soins qui concourent au soutien à domicile de la population âgée.

 

  • Le pilotage de la mise en œuvre de la méthode par un professionnel dédié : le pilote MAIA. Il est chargé de veiller à la mise en cohérence des interventions par l’engagement de chacun des acteurs dans ce projet de territoire.

 

  • Une réponse populationnelle, intersectorielle, harmonisée, complète et adaptée aux besoins de la personne (accueil, information, orientation, mise en place de soins, de services ou de prestations) quelle que soit la structure à laquelle elle s’adresse : on dit alors des guichets qu’ils sont « intégrés».

 

  • Une prise en charge des situations complexes (= gestion de cas).

 

  • L’utilisation d’outils communs de partage de l’information et de pilotage de l’action (formulaire d’analyse multidimensionnelle et de liaison, outil d’évaluation multidimensionnelle standardisé des besoins de la personne et plan de service individualisé).

La méthode MAIA œuvre :

  • à la lisibilité du système d’aide et de soins ;
  • à la simplification et à l’optimisation du parcours des personnes âgées ;
  • au soutien à domicile des publics concernés, aussi longtemps que possible et dans les meilleures conditions.
  • de mobiliser sur un territoire donné l’ensemble des acteurs dans toute leur diversité en capitalisant sur leur richesse, prenant en compte l’ensemble des ressources au plus près des besoins du territoire ;
  • de corriger les dysfonctionnements générés inévitablement par la diversité des acteurs et de leur gouvernance, des financements, des pratiques professionnelles et des organisations. En effet, dans un schéma classique de simple coopération, chaque acteur conserve ses propres outils et son propre champ de responsabilités. À grande échelle, ce fonctionnement fragmente la prise en charge et altère la performance du système : discontinuité du service rendu, réponses redondantes ou inappropriées, retards dans les traitements, complexification des parcours de prise en charge et opacité des procédures

Chaque année, l’ARS lance un appel à candidatures (avec l’appui technique et méthodologique de la CNSA et en coopération avec le conseil général) pour mettre en place la méthode MAIA sur un ou plusieurs nouveaux territoires infradépartementaux. Elle sélectionne le « porteur» de projet chargé de son déploiement. Ce porteur n’est pas une institution prédéfinie, mais il s’agit nécessairement d’une structure ou d’un organisme à but non lucratif, légitime sur le territoire par sa capacité à mobiliser les acteurs locaux.

Le porteur recrute ensuite, en lien avec l’ARS, le « pilote » MAIA. Le pilote MAIA est chargé localement d'animer la méthode MAIA et de veiller à la coordination des interventions de chacun des acteurs sur le territoire considéré.