Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 172

Le rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques en appelle à l’avènement d’une médecine personnalisée en référence aux progrès technologiques d’ordre prédictif (lignage génétique) et thérapeutique (thérapie cellulaire).
Le nombre et la qualité des personnes auditées ainsi que des deux rapporteurs (les députés Claeys et Vialatte) en imposent.
Alors pourquoi confondre la médecine personnalisée et la médecine sur mesure ?
La médecine a toujours donné lieu à un colloque singulier entre le médecin et le patient ; serait-ce alors que ce dialogue n’avait rien de personnel ? Que dire si ce n’est que l’anamnèse n’était qu’un enfumage ? Plutôt que personnaliser, le terme le plus approprié appliqué tant à la prédiction qu’à la thérapie, c’est le concept de sur mesure, c’est-à-dire adapté à la personne soignée, qui s’impose. Cela serait plus évocateur d’une médecine faisant du patient un être unique dont on peut mesurer à la fois l’intérêt mais aussi l’utopie. À force de se bercer d’illusions, notre société risque de tomber de haut et même de très haut.
Le plus significatif de ce rapport et des très nombreuses auditions, tient dans l’absence de réflexion sur la définition de l’acte médical. Celui-ci a beaucoup évolué et va plus encore être traversé de nombreuses appropriations venant des sciences et des techniques connexes à la médecine. Or le médecin est irremplaçable pour être le lien entre toutes ces techniques prédictives et thérapeutiques et chaque patient.
La médecine sur mesure ne doit pas nous exonérer de la refondation de l’acte médical qui ne doit pas être l’auxiliaire des soins adjacents. L’acte médical doit rester l’acte dont la fondation tient dans le dialogue entre le médecin et le malade et non entre le médecin et une machine ou entre une machine et le malade. Personne d’autre que le médecin ne devrait imaginer tempérer, même sous la forme subreptice, la médecine collégiale, tant elle reste de l’ordre de l’intime.

ÉDITORIAL
Médecine personnalisée ou médecine sur mesure ?
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Le contrat unique pour les recherches biomédicales à promotion industrielle
Les nouvelles dispositions réglementaires relatives au sang humain
Vers la suppression des unités pour les malades difficiles ?
Autorisation d’activités de sons et d’équipement matériel lourd : les précisions de l’instruction du 22 juillet 2014
Améliorer et diversifier le mode de relation et de formation des médecins
ÉTHIQUE, DÉONTOLOGIE
Proposition de loi sur la limitation de l’usage des techniques biométriques
ORGANISATION MÉDICALE
La responsabilité des praticiens hospitaliers plein-temps dans l’exercice de leur secteur libéral
L’indemnité particulière d’exercice des praticiens hospitaliers plein-temps et temps partiel exerçant à Mayotte
La prolongation du contrat des assistants
DOCUMENT
Synthèse du rapport IGAS sur l’organisme gestionnaire du développement professionnel continu
LE POINT SUR
Le bilan de la loi du 11 février 2005 à l’égard des handicapés
POINT DE VUE
La fermeture des hôpitaux de proximité est-elle adaptée au vieillissement de la société ?
JURISPRUDENCE
Hospitalisation sous contrainte suite à un arrêté municipal provisoire : les limites du contrôle de légalité effectué par le JLD
Le recrutement d’un praticien hospitalier contractuel n’a pas à reprendre l’ancienneté, quelle que soit la nature du contrat (CDD ou CDI)
QUESTIONS-RÉPONSES
Peut-on refuser un rendez-vous en consultations externes au regard des impayés ?
LOI, DÉCRET, ARRÊTS
DOSSIER
La médecine du travail à l’hôpital

Citer cette revue : BJPH, n° 172, 2014.
Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 172

Fiche technique

Parution numérique : novembre 2014

Le bulletin juridique du praticien hospitalier

Support : Numérique

ISSN : 2427-7207

Format : 210x297 mm

28 pages