Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 176

À quoi sert la Cour des comptes ? Telle est la question.
Depuis de nombreuses années, on ne compte plus les rapports alarmants sur l’état des hôpitaux : financements insuffisants, organisation médicale erratique, coopération éthique ; bref, tout va mal.
Comment s’en sortir ? Les hauts fonctionnaires de la Cour des comptes ont réponse à tout ; mais lorsqu’ils sont aux commandes, ils apparaissent par trop modestes… Ainsi, il faut regrouper les hôpitaux, c’est-à-dire supprimer les plus petits, concentrer les plus gros ; l’ennui est que le coût de fonctionnement de ces pachydermes que sont les CHU et les grands centres hospitaliers est bien plus que proportionnel aux gains estimés ! Cela coûte plus cher…
Il faut développer la chirurgie ambulatoire mais les économies avancées de 5 milliards d’euros par an sont utopiques ou pour le moins non démontrées ! Les conseillers de la Cour chiffrent les économies au plus large et oublient de comptabiliser les coûts supplémentaires !
La Cour des comptes est un formidable lanceur d’alertes ; mais elle coûte bien cher pour ce qu’elle rapporte.

ÉDITORIAL
La Cour des comptes : un lanceur d’alertes ?
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Loi de finances 2015
La généralisation de la facturation individuelle
Conséquences de l’usage des antidépresseurs chez la femme enceinte
Médecin intérimaire à l’hôpital

Évolution de la filière du plasma thérapeutique
ORGANISATION MÉDICALE
Temps de travail additionnel : le décompte est effectué en heures même dans les services qui ne sont pas en temps médical continu

PUI : conditions d’exercice et de remplacement
ÉTHIQUE, DÉONTOLOGIE
Pour le CCNE, le caractère des directives anticipées fait débat
DOCUMENT
Développer les soins palliatifs et l’information des médecins et des soignants

POINT DE VUE
La démocratie au pinacle ne cache-t-elle pas une crise de légitimité ?

LOIS, DÉCRETS, ARRÊTÉS

LE POINT SUR
Dépistage de la trisomie 21

JURISPRUDENCE
La décision du directeur général du Centre national de gestion sanctionnant un praticien hospitalier, est annulée car le rapporteur devant le conseil de discipline avait pris partie en proposant une sanction et en assistant à la séance disciplinaire
Un médecin doit avertir son patient de la présence d’une tierce personne à sa consultation afin de recueillir son consentement préalable. L’information du médecin doit être loyale et appropriée afin de respecter la dignité du patient
La violation du secret médical est un fait contraire à l’honneur et à la probité qui motive le refus d’inscription du médecin concerné sur la liste des experts judiciaires
QUESTIONS-RÉPONSES
Faut-il comptabiliser le temps de déplacement dans le cadre des astreintes forfaitisées ?

DOSSIER
Le département d’information médicale (DIM)

Citer cette revue : BJPH, n° 176, 2015.
Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 176

Fiche technique

Parution numérique : mars 2015

Le bulletin juridique du praticien hospitalier

Support : Numérique

ISSN : 2427-7207

Format : 210x297 mm

24 pages