Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 179

Le Bulletin juridique du praticien hospitalier

numéro 179, juin 2015

S’ils avaient appris le latin !


Ils ne l’auraient pas perdu…
Ils sont plusieurs centaines, ministres, conseillers, administrateurs civils, députés, sénateurs et leurs attachés parlementaires…
Tous ont écrit, souscrit, validé, à une loi «bavarde», impossible à lire…
Tous ont écrit avant de réfléchir.
Or tout latiniste sait que pour parler latin il faut d’abord réfléchir, synthétiser sa pensée, être économe de mots afin d’être précis.
Manifestement « Tous « n’ont jamais appris le latin… Qu’ils se rassurent, grâce à eux - ou à cause d’eux - le latin ne sera plus enseigné…
Alors ils pourront parler, parler, parler, et réfléchir peut-être après…
 

ÉDITORIAL
S’ils avaient appris le latin !
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Prothèses de hanche défectueuses
Dépassement d’honoraires des médecins
Avenir des kinésithérapeutes
Développement des greffes d’organe
Médicaments homéopathiques
DOCUMENT
Service médical rendu : réévaluation quinquennale
LE POINT SUR
Le Conseil national de l’urgence hospitalière
La substitution aux opiacées
POINT DE VUE
Sur la complexité
ÉTHIQUE, DÉONTOLOGIE
Développement des dons d’organes
Dossier médical personnel et dossier médical partagé
ORGANISATION MEDICALE
Le regroupement en vue de créer un pôle mère-enfant entre une clinique et un centre hospitalier peut être rompu librement par ce dernier lorsque le contrat ne comporte aucune stipulation contraire
La mission complémentaire de l’IGAS sur la réforme de l’Internat
En l’absence de fondement réglementaire, l’indemnisation du compte épargne temps n’est pas ouverte avant le décret du 27 décembre 2012
JURISPRUDENCE
Le directeur tient de ses pouvoirs généraux d’organisation du service, compétence pour organiser la permanence des soins et autoriser le versement de l’indemnité sectorielle de liaison
L’avis de la CME ne suffit pas pour nommer un chef de pôle qui ne peut l’être que par décision et installation du directeur chef d’établissement
L’absence d’examen et de surveillance adaptée à la crise considérée à tort comme d’angoisse, est une erreur de diagnostic engageant la responsabilité du service public hospitalier, mais le juge commet une erreur de droit s’il ne s’attache pas à mesurer la perte de chance d’échapper à l’irréversibilité de la mort
QUESTION-RÉPONSE
Comment renouveler les membres de la CSIRMT lorsque le nombre de candidats est inférieur au nombre de sièges ?
ETUDE
Questions sur le projet de loi santé, 2ème partie : La territorialisation
 

Citer cette revue : BJPH, n° 179, 2015.
Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 179

Fiche technique

Parution numérique : juillet 2015

Le bulletin juridique du praticien hospitalier

Support : Numérique

ISSN : 2427-7207

Format : 210x297 mm

28 pages