Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 212

Le Bulletin juridique du praticien hospitalier

numéro 212, novembre 2018

Parole ou parlote ?

Comment qualifier la période dans laquelle nous vivons ? Il y a un siècle, le docteur Gustave Lebon, qui était l’oracle de la société des gens qui comptent, parlait et théorisait sur la psychologie des foules. Il paraît que son livre sur le sujet était au chevet du dictateur Mussolini et de bien d’autres chefs d’État. Il y a cinquante ans, sous l’influence nordaméricaine, les études de sciences politiques dissertaient sur les moyens de communication de masse : les massmedia pour parler savant. De nos jours, ce sont les chaînes d’informations en continu, relayées et amplifiées par le café du commerce moderne dénommé « réseaux sociaux », qui façonnent l’opinion publique. Qui de demain ? Or, il y a une tendance inquiétante à parler, parler et parler encore !!! Au lieu d’exposer un fait par une concision de bon aloi, on préfère exposer sa jactance. On assiste à une véritable entropie, soit à une dégénérescence des idées, ou si l’on préfère, à un dénivellement par le bas. Est-ce ce que nous voulons ? La parole doit être rare : la parlote est une maladie infantile, sera-t-elle demain une identification de la sénescence sociale ?

ÉDITORIAL
Parole ou parlote ?

INFORMATIONS GÉNÉRALES
L’amélioration de la coordination des soins dans le domaine de la santé mentale
Examen du PLFSS de 2019 : les positions de l’Assemblée nationale
Protéger sa réputation numérique : le Guide de l’Ordre des médecins
Les nouvelles infractions sexuelles, sexistes et autres violences et discriminations
Faut-il craindre l’e-medecine ?

ORGANISATION MÉDICALE
Que vont devenir les PADHUE ?
Réorientation des patients non urgents
Nouvelles pratiques pour l’anesthésie

LOIS, DÉCRETS, ARRÊTÉS

DOCUMENT
L’hospitalisation à temps partiel progresse toujours

POINT DE VUE
AMP : la position du Conseil d’État ne va pas dans le même sens que la position de l’Ordre des médecins

LE POINT SUR
Le lancement du dossier médical partagé

JURISPRUDENCE
Il faut s’appuyer sur ses propres constatations pour établir un certificat médical
La suspension du PH en raison de son état de santé

QUESTION-RÉPONSE
L’activité hebdomadaire réduite permet-elle l’exercice libéral ?

DOSSIER
« L’intérêt du service » en jurisprudence

Citer cette revue : BJPH, n° 212, 2018.
Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 212

Fiche technique

Parution numérique : novembre 2018
Version imprimée publiée
en novembre 2018

Le bulletin juridique du praticien hospitalier

Support : Numérique

ISSN : 2427-7207

Format : 210x297 mm

24 pages