Quelles perspectives pour le thermalisme médical, entre l'ambition de la thermothérapie et la tentation des thermo-loisirs ?

Auteur : Antoine LECA

Le cadre juridique des soins thermaux est morcelé et lacunaire. Sur les thermes, l’eau thermale et les établissements thermaux, c’est le « clair-obscur », sur le thermalisme médical, l’ombre la plus épaisse. L’éclaircissement juridique impose de distinguer la thermothérapie et les thermo-loisirs qui ont chacun leur place et qu’il convient d’émanciper l’un de l’autre.

I. Un cadre juridique morcelé et lacunaire, qui appelle une clarification légale et réglementaire
A. Un « clair-obscur » sur les thermes, l’eau thermale et les établissements thermaux
B. Une zone d’ombre sur l’hydrothérapie, la balnéothérapie et les notions voisines

II. La nécessité de distinguer la thermothérapie et les thermo-loisirs qui ont chacun leur place
A. Deux univers historiquement et juridiquement imbriqués
B. Deux univers qu’il conviendrait d’émanciper l’un de l’autre

Antoine LECA

Antoine Leca est agrégé des facultés de droit, professeur à l’université Paul Cézanne d’Aix-Marseille et directeur du CDSA (EA n° 3242).
Le thermalisme médical saisi par le droit (n° 31)

15 €

Fiche technique

Les cahiers de droit de la santé

Support : Numérique

ISSN : 2427-4836

20 pages

Page 15 à 34