Le cadre juridique émergent de l’exercice de la tradimédecine au Ghana et au Burkina Faso

Auteur : Adelphe OUEDRAGO

L’organisation institutionnelle et l’offre de soins de médecine et de pharmacopée traditionnelle vient se greffer au cadre existant et propre à la médecine allopathique au Burkina Faso. Il engendre au sein de TPS (Tradipraticien de Santé) un sentiment de soumission dans leurs pratiques au contrôle des praticiens de médecine moderne, et non la mise en place d’une collaboration. Au Ghana, le cadre institutionnel est beaucoup plus solide et bénéficie d’une plus grande autonomie et d’une meilleure inclusion des tradipraticiens dans l’encadrement et le contrôle de l’exercice de leurs arts traditionnels de soins. De plus, le droit de la pratique de la tradimédecine émergent au Ghana et au Burkina Faso. Pour pouvoir exercer, il faut obtenir une autorisation d’exercice d’exercer son savoir traditionnel de soins. Les structures d’exercices doivent avoir été cautionnées par les autorités internes compétentes. De plus, le tradipraticien est soumis à des obligations déontologiques. De la même manière que la responsabilité de ce dernier pourra être engagée afin de garantir la protection des patients. La construction des pratiques tradimédicales reste à être consolidée.

I.  De l’organisation institutionnelle et de l’offre de soins  de médecine et de pharmacopée traditionnelles  au Ghana et au Burkina Faso

A. Les cadres institutionnels de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles burkinabè et ghanéen

1. Le cadre institutionnel de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles burkinabè

2. L’organisation institutionnelle de la médecine traditionnelle au Ghana

B. De l’offre tradimédicale de soins au Burkina Faso et au Ghana : entre multiplicité des acteurs et mysticisme des pratiques

1. Des pratiques tradimédicales de soins reconnues au Ghana et au Burkina Faso

2. Les structures d’exercices de la MPT reconnues en droits tradimédicaux ghanéen et burkinabè

II. Le droit de la pratique de la tradimédecine émergent  au Ghana et au Burkina Faso

A. Les autorisations d’exercice et d’ouverture d’établissements de médecine traditionnelle

1. Des critères objectifs et subjectifs de recevabilité des demandes d’autorisation d’exercice

2. Du processus d’évaluation des demandes d’autorisation d’exercice

B. Des obligations déontologiques et de la responsabilité du tradipraticien de santé dans l’exercice de sa profession

1. Les obligations déontologiques du tradipraticien et la sanction de leurs violations

2. La responsabilité de droit commun du tradipraticien de santé

III. Des faiblesses et de quelques pistes de consolidation du droit  tradimédical des pratiques tradimédicales en construction

A. Des limites des cadres institutionnels ghanéen et burkinabè et des pistes de consolidations envisageables

1. Les limites des cadres institutionnels et corporatifs burkinabè et ghanéen

2. Les mesures de consolidations des cadres institutionnels et corporatifs envisageables

B. Des limites du droit de l’exercice de la médecine traditionnelle et de quelques pistes de consolidation de l’offre de soins
de MPT au Ghana et au Burkina Faso

1. Des limites des droits ghanéen et burkinabè de la pratique de la médecine traditionnelle

2. Des mécanismes de consolidation des droits de la pratique tradimédicale ghanéenne et burkinabè envisageables









 

Thème : Philosophie/Sociologie/Histoire, Culture générale/prépa concours

L'adaptation du droit de la santé à l'Afrique (n°30)

15 €

Fiche technique

Les cahiers de droit de la santé

Support : Numérique

ISSN : 2427-4836

56 pages

Page 195 à 249