Allende, Hygiène mentale et délinquance (1933) : le promoteur de la « voie chilienne pour le socialisme » a-t-il été influencé par le nazisme ?

Auteur : Antoine LECA

Salvador Allende Gossens (1908-1973) aurait pu rester un obscur médecin, après sa thèse doctorale de 1933, intitulée Higiene mental y delincuencia. Mais ses choix en ont décidé autrement : dès 1929, il était entré dans la vie politique en soutenant le groupe « Avance », classé à gauche, et devenait bientôt vice-­président de la FECh (Fédération des étudiants de l’université du Chili). Peu après, il prit courageusement position contre la dictature réactionnaire de Carols Ibáñez del Campo et connut la prison. On connaît la suite, jusqu’à son élection à la présidence de la république du Chili, la mise en place du gouvernement d’Unité Populaire (1970) et la victoire aux élections législatives qui ont suivi.

I. Un dossier instruit à charge contre Salvador Allende

II. Des éléments peu probants pour retenir l’accusation

Antoine LECA

Antoine Leca est agrégé des facultés de droit, professeur à l’université Paul Cézanne d’Aix-Marseille et directeur du CDSA (EA n° 3242).
Médecins et politique (XVIe-XXe siècles) (n° 29)

15 €

Fiche technique

Les cahiers de droit de la santé

Support : Numérique

ISSN : 2427-4836

9 pages

Page 201 à 209