L’art de la « médecine sociale » : L’Ordonnance des docteurs Guillotin et Salle à Monseigneur le haut clergé de l’Église gallicane

Auteur : Philippe DELAIGUE

Joseph Ignace Guillotin est né en 1738 à Saintes et mort à Paris en 1814. Il reste et restera dans l’histoire comme le pseudo-inventeur de la guillotine. Mais c’est d’abord un médecin célèbre à la fin de l’Ancien Régime : il est médecin du comte de Provence, futur Louis XVIII, et ensuite un homme politique engagé très tôt dans la Révolution française qu’il marque de sa sagesse et de sa science.
Henri Pigaillem a publié en 2004 un ouvrage intitulé Le docteur Guillotin. Bienfaiteur de l’humanité. Le titre pourrait être comique si on s’en tenait à celui qu’on présente traditionnellement comme l’inventeur de la machine à décapiter, le « rasoir national » comme la nommait son ami Marat, bien loin du bienfaiteur de l’humanité tel que l’on peut le concevoir. Mais le docteur Guillotin est en réalité entré dans l’histoire de la Révolution française, et dans l’histoire de France tout court, le 9 octobre 1789, en présentant un projet de réforme du droit pénal fondé sur le principe de l’égalité des peines, projet directement inspiré des idées de Beccaria.
Personnage important du monde médical et scientifique, Guillotin est, à partir de 1771, un médecin réputé à Paris où il enseigne à la Faculté tout en donnant des consultations à une clientèle plutôt fortunée. Membre de la loge maçonnique du Grand Orient, il se lie d’amitié avec Benjamin Franklin, alors ambassadeur des États-Unis, et avec les futurs acteurs de la Révolution que sont notamment Brissot de Warville, Maximilien Robespierre, Condorcet, Sieyès ou encore Bailly. Ces fréquentations le poussent naturellement vers la politique, dans laquelle il s’engage avec enthousiasme dès l’annonce officielle faite par le roi, le 8 août 1788, de la convocation des États Généraux pour le 1er mai 1789.

I. Le pronostic

II. L’ordonnance proprement dite : le traitement médical du haut clergé

Philippe DELAIGUE

Philippe Delaigue est maître de conférences HDR à l'université Jean Moulin-Lyon III.

Médecins et politique (XVIe-XXe siècles) (n° 29)

15 €

Fiche technique

Les cahiers de droit de la santé

Support : Numérique

ISSN : 2427-4836

10 pages

Page 263 à 272