Quand les médecins d’Ancien Régime s’essayaient à la réflexion politique : Jean Héroard et son Institution du Prince (1609)

Auteur : Julien BROCH

Le 24 janvier 1609, le jeune Louis âgé de sept ans,  doit en peu de temps être capable de comprendre et conduire les affaires de l’Etat.  Etant « enfant de l’Etat », son éducation est l’affaire de tous. Ce qui pousse Héroads à sortir de son rôle de médecin pour faire part de ses lumières sur l’apprentissage qui attend le futur Louis XIII. Il s’exprime sur l’éducation du souverain et la manière dont celui-ci devra exercer son pouvoir.

I. Le point de vue pédagogique sur l'éducation du dauphin

A. La légitimité du médecin à discourir sur l’« institution » du prince

B. Le contenu du discours « légitime » du médecin sur l'éducation du prince

II. Le point de vue politique sur le gouvernement du roi

A. Prescrire une finalité éthique au pouvoir

B. Proscrire l’exercice solitaire du pouvoir

Julien BROCH

Julien Broch est maître de conférences HDR en histoire du droit à Aix-Marseille université, Centre d’étude et de recherche en histoire des institutions et des idées politiques (CERHIIP EA 2186).

Médecins et politique (XVIe-XXe siècles) (n° 29)

15 €

Fiche technique

Les cahiers de droit de la santé

Support : Numérique

ISSN : 2427-4836

30 pages

Page 27 à 58