Responsabilité du chirurgien-dentiste : couronner des dents qui ne peuvent être conservées constitue une faute dans le choix prothétique ouvrant droit à indemnisation du patient

Auteur : Pierre-Laurent VIDAL

Ce document commente le texte : CA Paris, 26 juin 2015 : n° 12/04256

Pierre-Laurent VIDAL

Pierre-Laurent VIDAL est avocat à la cour et chargé d’enseignement à l’université de Montpellier.

responsabilité du dentiste (oui) faute du praticien dans le choix du traitement prothétique mis en œuvre (oui) dents couronnées ne pouvant être conservées choix prothétique inadapté à l’état dentaire de la patiente fragilité de l’état dentaire choix prothétique inefficace et néfaste condamnation du dentiste à réparer les préjudices subis par la patiente