L’impossible prise en charge d’une prothèse dentaire par une EURL soumise à l’impôt sur les sociétés au profit de l’avocat-gérant

Auteur : Romain SUBIRATS

Ce document commente le texte : CAA Marseille, 13 octobre 2016 : n° 15MA00769

Romain SUBIRATS

avocat, chargé d’enseignements, université de Montpellier

prothèse dentaire EURL revenus de capitaux mobiliers