Il y a de la coupe aux lèvres, le cunnilingus n'est pas un acte thérapeutique

Auteur : Bruno PY

Ce document commente le texte : T. Corr. Marseille, 5 mars 2019 : n° de minute 2019/619

Bruno PY

Bruno PY est professeur de droit privé et sciences criminelles à l'université de Lorraine, IFG-Iscrimed EA 7301.

agression sexuelle Cunnilingus surprise du consentement