L'établissement controversé des infirmières laïques dans les hôpitaux de l'Assistance publique (1878-1908)

Auteur : Pierre-Olivier CHAUMET

Après l'échec de la Révolution, les sœurs font leur grand retour dans les établissements hospitaliers au commencement du XIXe siècle. Les congrégations religieuses se multiplient rapidement et jouent un rôle très actif dans le domaine de la santé et de l'assistance. Avec l'avènement de la IIIe République, la question de la laïcisation des hôpitaux se pose à nouveau. A Paris, le mouvement s'effectue lentement. Faute de personnel laïque disponible sur la capitale, la présence des " sœurs infirmières " reste un élément indispensable au bon fonctionnement des établissements publics. Mais, sous l'impulsion du docteur Bourneville, député parisien et rédacteur en chef de la revue Le Progrès médical, deux écoles d'infirmières sont finalement créées pour palier le départ des congrégations religieuses. Malgré la qualité et la technicité des enseignements dispensés, l'accueil réservé aux nouvelles venues est loin d'être unanime. Leur installation suscite de nombreuses réactions et entraîne un conflit idéologique entre républicains radicaux et procléricaux.

Pierre-Olivier CHAUMET

Pierre-Olivier Chaumet est coresponsable pédagogique du DU « Droit et stratégies de l’action humanitaire » (« Santé, urgence, développement »), maître de conférences en histoire du droit (HDR) à l'université Paris 8 et membre du laboratoire « Forces du droit », EA 4387.

assistance publique congrégations religieuses conseil municipal de Paris écoles d'infirmières infirmières laïques laïcisation