La médecine en milieu carcéral et la construction de l'homme nouveau - Enjeux éthiques et juridiques

Auteur : Paolo GIROLAMI

Le sujet de la prison offre de nombreux éléments de discussion. A la question, toujours d'actualité : " A quoi sert la prison ? " se joint la réflexion sur la capacité de la prison de créer un homme nouveau et sur les outils dont la prison peut disposer pour accomplir cette mission. Parmi ces outils, la médecine occupe une place de grande importance. En premier lieu, il y a le plan symbolique empreint de néopositivisme : la médecine, en vertu de ses potentialités et des ses applications (de l'endocrinologie à la psychiatrie) est considérée à même d'aider la prison à " corriger " l'humanité affaiblie par la faute et par le délit. En second lieu, de façon plus modeste, mais plus concrète, la prison a besoin de la médecine parce que les détenus sont souvent des sujets malades et donc porteurs d'un véritable besoin de soins. Pour comprendre la réalité de la prison (à l'heure d'une véritable émergence démographique et sanitaire) et les rapports, parfois ambigus, entre prison et médecine, on propose au lecteur un parcours de réflexion, en compagnie de Beccaria, à travers les concepts de remède, de séparation et d'organisation. Trois concepts qui nous amènent à soutenir, avec l'appui des quelques données statistiques comparées (françaises et italiennes) et de l'exemple de la castration des agresseurs sexuels, que le rôle le plus important que la médecine peut jouer dans le cadre de la prison consiste à rendre activement témoignage du respect d'autrui.

Paolo GIROLAMI

Paolo Girolami, médecin légiste, criminologue, docteur en éthique médicale (Université Paris Descartes), enseigne la médecine légale, le droit médical et la bioéthique en Italie et collabore avec plusieurs institutions de recherche en Europe. Il est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés à la bioéthique et au droit médical.

agresseurs sexuels castration droit pénitentiaire institution juste médecine prison