Pour un amendement de la loi sur la fin de vie

Auteur : Sophie LE GAC-PECH

Promulguée à la suite de la loi du 4 mars 2004 sur le droit des malades, la loi Leonetti du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie a pour objet tant d’éviter des pratiques d’euthanasie que d’empêcher un acharnement thérapeutique dans les traitements des malades. Elle permet ainsi au patient de demander, dans un cadre défini, l'arrêt d'un traitement médical devenu trop lourd ou inutile. Toutefois, pour être suivie d’effet, cette volonté doit être exprimée soit directement par la personne concernée soit par le biais de directives anticipées. À défaut, il appartiendra au médecin de prendre une décision. Un récent fait divers permet de faire toute la lumière sur cette loi, révélant ses insuffisances et zones d’ombre. Dès lors, on ne peut qu’exprimer le vœu que la bataille judiciaire qui s’en est suivie soit l’occasion d’un amendement de la loi.

dignité fin de vie acharnement thérapeutique droits fondamentaux obstination déraisonnable directives anticipées expertise décision médicale expression de la volonté