Perception de l'éthique de la recherche clinique par les tradipraticiens de la République démocratique du Congo

Auteur : Mukandu Basua BADINTU LEYKA

Ce travail vise à documenter les perceptions et représentations des tradipraticiens sur les essais thérapeutiques des associations des nouvelles plantes médicinales dans l’exercice de la médecine traditionnelle en RDC.  

Une étude qualitative a été réalisée auprès de 264 tradipraticiens, ayant une expérience d’au moins une année dans les milieux des pratiques de la médecine traditionnelle en RDC.

Les résultats montrent que les tradipraticiens considèrent les essais thérapeutiques des associations de nouvelles plantes médicinales fréquents et relèvant de leur responsabilité en temps que soignants. Agissant dans l’intérêt du patient, ils estiment qu’il n’existe pas une différence entre le recours d’un malade au soin et son recrutement dans un protocole d’essai thérapeutique. Dans la pratique, le tradipraticien agit tantôt comme expérimentateur, tantôt comme soignant. L’absence de maîtrise de certaines dimensions en lien avec l’éthique de la recherche semblent générer des malentendus et inquiétudes face à l'absence de pratiques éthiques des essais d'associations de nouvelles plantes médicinales. Pour eux, ils doivent chercher à tout prix la guérison même devant les cas incurables. Ils ont une responsabilité, celle de mettre en route toute nouvelle recette  thérapeutique si l’état de santé du malade l’exige, avec ou sans son avis.

Il apparaît que les freins pour mettre en œuvre ces soins seraient liés au manque des dimensions éducatives sur cette approche lors de la formation, et un système sanitaire basé sur des approches curatives réputées non toxiques (innocuité).

Les perceptions des tradipraticiens sont multiples et variées. Elles sont, cependant, plus structurées chez les tradipraticiens qui œuvrent dans le domaine de la santé et reproduction.

éthique plantes médicinales essais thérapeutiques perceptions tradipraticiens