Non à l’orphelin sur ordonnance

Auteur : Michel DE VILLIERS

Un enfant né d’une PMA dans le cadre d’un couple de femmes sera un enfant sans père. Ce sera donc un orphelin, orphelin de père mais orphelin. Si l’adoption permet de donner des parents à un enfant qui en est privé, la PMA inverse la démarche en recourant à un artifice pour donner un enfant à deux personnes pour lesquelles la venue d’un enfant est proprement inconcevable. La question éthique qui est dès lors posée est d’abord et avant tout celle de la légitimité d’une intervention du législateur pour autoriser (et financer) un mode de procréation qui conserve l’homme comme un simple sous-traitant et renvoie le père dans l’univers des symboles. Il faut dire non à cette PMA sur ordonnance.

1. Sur une prétendue discrimination
2. La procréation « ravalée au rang d’une production d’enfants »
3. La mort du père
4. Intérêt de l’enfant, droit de l’enfant
5. Abus de pouvoir
6. Un principe fondateur aux abonnés absents
7. « La "bioéthique" consiste à approuver ce que l’éthique réprouve »

égalité bioéthique éthique Filiation Discrimination liberté procréation biologique désir nature orphelin père principes fondamentaux