Le rapport Libault « Concertation grand âge et autonomie » : le temps de l’action

Auteurs : CAMILLE BOURDAIRE-MIGNOT, Tatiana GRÜNDLER

Le 28 mars dernier, un an après la mobilisation sans précédent des personnels et directeurs d’EHPAD, Dominique Libault a remis son rapport intitulé « Concertation grand âge et autonomie ». Sa mission a débuté par l’organisation d’une grande concertation citoyenne, à la demande d’Agnès Buzyn, qui a permis aux différents acteurs du grand âge de s’exprimer sur l’état de la situation et les évolutions souhaitées. Ce rapport, très consensuel, répond parfaitement à la commande en ce qu’il livre aux pouvoirs publics une feuille de route pour la réforme de la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées, laquelle serait financée par la création d’un 5e risque de la protection sociale. On peut néanmoins exprimer quelques regrets quant à la philosophie générale du rapport qui ne met pas toujours la personne âgée au premier plan.

INTRODUCTION
I. LA RÉUSSITE DU RAPPORT : LES MOYENS D’UNE PRISE EN CHARGE DU SUJET EN PERTE D’AUTONOMIE
A. La personne âgée, un sujet vulnérable
B. La personne âgée, bénéficiaire de la solidarité
II. LES REGRETS : L’INSUFFISANTE PRISE EN CONSIDÉRATION DE LA PERSONNE
A. Les droits fondamentaux, parents pauvres du rapport
B. Le syndrome de l’évaluation
CONCLUSION

CAMILLE BOURDAIRE-MIGNOT

Camille Bourdaire-Mignot est maître de conférences à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense et membre du CEDCACE

Tatiana GRÜNDLER

Tatiana Gründler est maître de conférences en droit public, à l'université Paris Ouest Nanterre, CREDOF - EA 3933.

autonomie solidarité vulnérabilité personne âgée 5e risque de protection sociale