La lutte contre les épidémies de la fin de la première guerre mondiale

Auteur : Véronique HAROUEL-BURELOUP

À la fin de la première guerre mondiale, sévissent une pandémie, la grippe « espagnole », et une épidémie de typhus exanthématique en Europe orientale. Ces deux fléaux sont perçus différemment en raison de leurs origines. Aussi, la grippe n’entraîne-t-elle aucune mesure internationale, tandis qu’en 1919, le typhus engendre le recours au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) par les États visés. Or, durant cette période, les États-Unis constituent la Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge chargée d’agir en temps de paix – et non de guerre – afin d’améliorer l’état sanitaire des populations. Cette organisation, mentionnée dans le Pacte de la Société des Nations (SDN), correspond aux idéaux des Américains qui réorganisent le monde en vertu des quatorze points du président Wilson. Aussi, dans l’immédiat, la Ligue, va-t-elle être appelée à combattre le typhus avec l’aide de la Commission des épidémies émanant directement de la SDN, alors même que le CICR peinait à lutter efficacement contre le fléau.

I. DEUX TRAITEMENTS POUR DEUX ÉPIDÉMIES DE LA FIN DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE
   A. La grippe, une épidémie passée sous silence
   B. Une intervention audacieuse du CICR pour lutter contre le typhus en Europe orientale

II. LE CICR FACE À L’IDÉOLOGIE WILSONIENNE
   
A. La Croix-Rouge face à la volonté américaine d’imposer une paix perpétuelle et d’améliorer la santé des populations en commençant par juguler les épidémies en Europe
   B. La Ligue, une organisation utilisée dans la lutte contre le typhus avant la création de l’Organisation d’hygiène de la SDN

histoire épidémie droit international Première Guerre mondiale Croix-Rouge grippe espagnole typhus