La Cour de cassation « dépoile » toute suspicion sur la photo-épilation (la médecine résistera-t-elle à la banalisation de son activité ?)