1834 : le « moment Tocqueville », quand la santé est devenue un critère dans la politique pénitentiaire

Auteur : Antoine LECA

Tocqueville est le premier à avoir introduit la santé comme critère d‘appréciation d’un système pénitentiaire en tant qu’auteur à l’académie des sciences morales et politiques, puis comme parlementaire en 1843-1844, lors de l’examen sur la loi sur les prisons. Il eut une prise en compte croissante du critère sanitaire malgré le fait qu’il reste tributaire d’une conception restrictive de la santé.

I. La découverte de la santé comme critère d’appréciation d’un système pénitentiaire

II. La prise en compte croissante du critère sanitaire

III. Le maintien final d’une conception restrictive de la santé

Antoine LECA

Antoine Leca est agrégé des facultés de droit, professeur à l’université Paul Cézanne d’Aix-Marseille et directeur du CDSA (EA n° 3242).

Thème : Santé mentale et santé publique, Philosophie/Sociologie/Histoire

Santé et prison (n°21)

15 €

Fiche technique

Les cahiers de droit de la santé

Support : Numérique

ISSN : 2427-4836

10 pages

Page 17 à 27