Les prisons italiennes et la Cour européenne des droits de l’Homme : quelques remarques concernant l’éthique et le droit médical

Auteur : Paolo GIROLAMI

Le 8 janvier 2013, la Cour européenne des droits de l’Homme a condamné l’Italie en raison d’une surpopulation carcérale malgré les efforts à la fois législatif et logistique entrepris. Compte tenu du caractère intangible du droit protégé par l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’Homme, l’état est tenu d’organiser son système pénitentiaire de telle sorte que la dignité des détenus soit respectée.

Paolo GIROLAMI

Paolo Girolami, médecin légiste, criminologue, docteur en éthique médicale (Université Paris Descartes), enseigne la médecine légale, le droit médical et la bioéthique en Italie et collabore avec plusieurs institutions de recherche en Europe. Il est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés à la bioéthique et au droit médical.

Thème : Santé mentale et santé publique, Droit international,européen et comparé de la santé

Santé et prison (n°21)

15 €

Fiche technique

Les cahiers de droit de la santé

Support : Numérique

ISSN : 2427-4836

18 pages

Page 87 à 105