Vers une nouvelle extension des donneurs décédés pouvant être prélevés : La préparation de l’introduction dans la norme « réglementaire » des donneurs relevant de la catégorie III de Maastricht

Auteur : Bérengère LEGROS

Abstract : Le rapport, en juillet 2013, élaboré par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, participe de la volonté des pouvoirs publics de s’interroger sur les moyens éthiques, réglementaires et techniques pour pouvoir prélever des organes sur les donneurs décédés après un arrêt cardiaque dit « contrôlé ». Des personnalités sont auditionnées, notamment les différents acteurs du corps médical concernés, pour progresser, d’une part, sur la définition des procédures à créer mais aussi, d’autre part, vers des lignes rouges à ne jamais franchir.

Bérengère LEGROS

Bérengère Legros est maître de conférences HDR à l'université de Lille, droit et santé (Centre droits et perspectives du droit, EA n°4487, L'EREDS). Elle enseigne à la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales notamment dans les masters 2 « Droit et politiques de santé » et « Droit de la santé en milieu de travail ». Elle enseigne également dans le master 2 « Droit et management de la santé au travail » dont elle est la responsable. Depuis 2015, elle est la rédactrice en chef de la Revue générale de droit médical.

décès conservation éthique sédation confiance prélèvement arrêt de traitement catégorie III de Maastricht arrêt cardiaque greffons sociétés savantes