Relaxe d’un lanceur d’alerte mis en examen pour diffamation, ayant dénoncé publiquement des faits de maltraitance dans un établissement médico-social

Auteur : Élise LAMARRE

Ce document commente le texte : Trib. corr. Toulouse, 21 novembre 2017 : n° 4363/17

Élise LAMARRE

doctorante, Centre européen d’Études et de Recherche Droit & Santé, UMR 5815, université de Montpellier, juriste Primum Non Nocere

diffamation médico-social lanceur d'alerte maltraitance institutionnelle