Nanotechnologies et médecine : quid juris ?

Auteur : Isabelle POIROT-MAZÈRES

Les nanotechnologies représentent sans conteste un marché stratégique. A coté de l'enjeu purement économique, l'étude de l'infiniment petit laisse germer l'espoir futur d'une meilleure précocité de diagnostic, d'une amélioration des soins voire d'une suppression des handicaps congénitaux. Pour autant, il serait illusoire de croire à l'absence de tout risque lié à l'exploitation de cette science et, aussi potentiels soient-ils, il convient de faire du principe de précaution une règle immuable. De la même manière, si les finalités préventive et curative inhérentes à l'acte médical subsistent, une adaptation de son encadrement juridique n'en reste pas moins nécessaire.

Isabelle POIROT-MAZÈRES

Professeur de droit public, directrice du Centre de recherches en droit de la santé publique, TACIP, université des sciences sociales, Toulouse-I

Thème : Éthique médicale/Bioéthique

principe de précaution risque sanitaire nanotechnologies