Assurance et tests génétiques : les lois bioéthiques face aux campagnes de dépistage

Auteur : Mouhamadou FALL

Les campagnes de dépistage génétique auxquelles sont souvent associées les compagnies d'assurance sont menées en vue de réduire le nombre de malades dans la population. À travers cet article, on montre que l'acquisition de l'information génétique pourrait permettre aux assureurs de discriminer les agents. Mais cette discrimination ne débouche pas nécessairement sur une exclusion des individus. Elle pourrait permettre une meilleure classification des agents. Pour éviter cependant toute forme de discrimination, plusieurs pays ont mis en place des législations interdisant l'utilisation de l'information génétique par les compagnies d'assurance. Cette situation risque néanmoins de poser un problème d'antisélection. Pour anticiper ce phénomène, certains assureurs ont pris des mesures comme celle d'augmenter les primes. Mais cette solution pourrait avoir l'effet inverse escompté en précipitant la sortie des bons risques du marché. Plutôt que d'augmenter les primes, il serait judicieux d'offrir des menus de contrats (avec franchise et/ou de pleine assurance) où les individus choisissent celui qui leur procure le maximum de satisfaction.

Mouhamadou FALL

Enseignant-chercheur en économie, UFR sciences économiques et gestion, université Gaston-Berger, BP 234, Saint-Louis - Sénégal

tests génétiques Discrimination Législation antisélection coût psychologique