Si je devais écrire à mon député au sujet de la bioéthique

Auteur : Gérard MÉMETEAU

L'examen attendu des lois bioéthiques de 1994 pose deux séries de difficultés et en premier lieu celle du choix des normes : des pratiques se sont multipliées en dehors du cadre légal et réglementaire. L'encadrement ne peut être efficient s'il n'est assorti d'une volonté politique d'appliquer un arsenal répressif important ainsi que des moyens concrets d'évaluation et de surveillance. L'autorité, comme la crédibilité du Parlement est engagée dans la mesure où la loi tombe dans la désuétude dès son adoption en raison du caractère éminemment évolutif de la recherche. Concernant le fond du débat, l'opposition entre clonage reproductif et clonage thérapeutique doit être relativisée. Les deux méthodes sont en effet liées, l'acceptation de l'une par le rejet de l'autre doit conduire à la plus grande méfiance. La recherche sur l'embryon implique que celui-ci n'est pas crée et conservé en tant qu'être humain : elle renvoie à l'idée de l'utilisation de l'homme par l'homme pourtant répudiée depuis Nuremberg. La recherche ne connaitrait-elle aucune barrière ? Le législateur serait-il tombé dans un piège funeste ?

Gérard MÉMETEAU

Professeur à la faculté de droit de Poitiers

Thème : Éthique médicale/Bioéthique

bioéthique clonage humain dignité humaine embryon humain