L'euthanasie ou l'éternel retour ?

Auteur : Christian BYK

Dans son cheminement final, l'être humain se sent progressivement mis à l'écart : le paradoxe de la mort réside dans la prise de conscience d'un retrait du monde, préparé avec l'aide d'autrui. Si la société contemporaine banalise la mort en la plaçant entre jeu télévisé et film grand public, peut-on constater une tendance à vouloir la rendre utile pour l'intérêt commun, à travers par exemple le don d'organes ou le don de son corps à la science. Le bien-mourir étant une quête intemporelle, se pose la question de l'acharnement thérapeutique et de l'euthanasie. Cette dernière n'est pas un droit. Pourtant, le comité consultatif national d'éthique (CCNE) s'interroge sur l'engagement solidaire qui consiste à faire face à certaines détresses en l'absence de tout espoir thérapeutique, lorsque la souffrance devient insupportable. Le sens de cet engagement solidaire est de prévoir au bénéfice du médecin, une exception légale d'euthanasie. Reste alors à savoir si, d'un point de vue pénal, elle constitue un fait justificatif ou une cause d'exemption de peine.

Christian BYK

Magistrat Secrétaire général de l'Association internationale de droit, éthique et science * Vice-président du CIOMS

Thème : Éthique médicale/Bioéthique

euthanasie acharnement thérapeutique comité consultatif national d'éthique engagement solidaire protecteurs naturels