Enfin une matrice de décision maniable ? Commentaire du rapport du Deutscher Ethikrat concernant les interventions sur la lignée germinale humaine

Auteur : Silvia DEURING

Depuis la découverte de techniques moléculaires comme CRISPR/Cas9, capables de modifier le génome de manière précise et connues sous le nom de « genome editing » ou « édition du génome », la discussion sur l’admissibilité morale des modifications du génome humain a été relancée. Surtout, les interventions sur la lignée germinale humaine, par laquelle les modifications génétiques sont transmises de génération en génération, font l’objet de ce débat mené aux niveaux national et international. En mai 2019, le Deutscher Ethikrat, le Conseil d’éthique allemand, a enfin publié son rapport très attendu concernant l’application du « genome editing » à la lignée germinale humaine. Le rapport se caractérise par la tentative d’élaborer aussi concrètement que possible un concept afin de permettre une analyse philosophique-éthique différenciée.
 

I. Le rapport en détail
A. La situation légale en Allemagne
B. Une cartographie du débat à mener
C. Les repères d’orientation éthiques
   1. La dignité humaine
   2. La protection de la vie et de l’intégrité physique
   3. La liberté
   4. La naturalité
   5. La prévention de dommages et le principe de bienfaisance
   6. L’équité
   7. La solidarité
   8. La responsabilité

D. L’évaluation de cas d’application concrets sur la base des repères d’orientation
   1. La recherche fondamentale et préclinique
   2. L’application clinique potentielle des interventions germinales

II. Évaluation du rapport

Conclusion

Silvia DEURING

Post-doctorante (« Akademische Rätin a.Z. ») à l’université Ludwig Maximilian de Munich

CRISP/Cas9 Deutscher Ethikrat Conseil d'éthique allemand Édition du génome Intervention sur la lignée germinale humaine