Droit, réalité et science

Auteur : Catherine PUIGELIER

Dès sa naissance, l'être humain acquiert une personnalité juridique, laquelle disparaît avec la mort. La science n'a pas vraiment son mot à dire : elle ne peut que constater la réalité de ces faits. Mais que savons nous de la réalité, par nature imperceptible et subjective ? Aux incertitudes de la réalité d'un décès occasionné par la mort cérébrale s'ajoute une divergence d'appréciation entre la Cour de cassation et le Conseil d'État, relative à la définition juridique de la mort d'une personne. Une théorie juridique peut-elle faire état d'une réalité alors même que la science en semble incapable ?

Catherine PUIGELIER

Maître de conférences à l'université Paris-XIII

Thème : Organisation des professions/Déontologie, Éthique médicale/Bioéthique

fin de vie commencement de vie science