Euthanasie : peut-on reconnaître un " droit à la mort " ?

Auteur : Valérie SOMMACCO

Existe-t-il un " droit à la mort " ? Cette question appelle une réflexion sur les notions d'autonomie et de liberté de la personne. La Cour européenne des droits de l'homme refuse d'admettre ce " droit à la mort " : l'article 2 de la Convention consacre le droit à la vie, lequel se place parmi les principes primordiaux auxquels aucune dérogation ne saurait être autorisée en temps de paix. Pourtant, il semble possible de doter le droit à la mort d'un cadre juridique. Les Pays-Bas seront ainsi les premiers à donner un cadre légal à une pratique suivie depuis des années. Plus tard, d'autres États, dont la Belgique suivront le pas : le médecin qui pratique une euthanasie en respectant une série de conditions échappe à toute condamnation. Le concept de soins palliatifs, qui constitue une alternative à l'euthanasie est récent. Ils visent à accompagner le malade jusqu'à la mort en veillant au soulagement de la douleur. Le 9 juin 1999, une loi garantit leur accès à tous les malades. Progressivement, va émerger un droit informel de ne pas souffrir inutilement, aboutissant au refus de l'acharnement thérapeutique. Si le débat entourant la fin de vie est complexe, il doit toujours être guidé par le souci de préserver la dignité de la personne humaine.

Valérie SOMMACCO

Docteur en droit, ATER à l'IEP de Grenoble

Thème : Éthique médicale/Bioéthique

euthanasie droit à la vie droit à la mort orthotanasie soins palliatifs