La maternité de substitution : une violence faite aux femmes et aux enfants selon le Parlement européen

Auteur : Lucile LAMBERT-GARREL

Ce document commente le texte : Résolution n°A7-0065/2011 du Parlement européen, 5 avril 2011 sur les priorités et la définition d’un nouveau cadre politique de l’Union en matière de lutte contre la violence à l’encontre des femmes (Points 20 et 21)

« Point S. 20 invite les États membres à reconnaître le problème grave de la maternité de substitution, qui constitue une exploitation du corps de la femme et de ses organes reproducteurs ; 21. Souligne que femmes et enfants sont soumis aux mêmes formes d’exploitation et peuvent être vus comme des marchandises sur le marché international de la reproduction ; fait remarquer que les nouvelles méthodes de reproduction, comme la maternité de substitution, entraînent une hausse de la traite des femmes et des enfants ainsi que des adoptions illégales par-delà les frontières nationales. »

Lucile LAMBERT-GARREL

Lucile LAMBERT-GARREL est maître de conférences à l'université de Montpellier.

Thème : Éthique médicale/Bioéthique, Droit pénal

maternité de substitution Parlement européen exploitation du corps de la femme traité des femmes violence à l’encontre des femmes (oui)