Comment limiter le risque infectieux du personnel médical ?

Auteurs : Karine FAVRO, Fabienne FAVRO-SABATIER

Les professionnels de santé sont exposés à divers risques de contamination dans l'exercice de leur profession. Le principe de précaution appelle la préconisation du dépistage qui permet aux autorités d'anticiper la conduite à tenir. Que faire lorsqu'il est positif ? Limiter l'activité, pousser à la reconversion professionnelle ? La question est délicate : les recommandations émises doivent rechercher un compromis entre les droits et responsabilités des soignants comme des patients. Le risque infectieux pourrait être limité si le personnel médical adoptait une attitude plus responsable : la couverture de la vaccination contre l'hépatite B représente plus de 90% des soignants mais les chirurgiens, qui sont les plus exposés, sont les moins couverts. Force est de constater l'absence de réponse aux convocations de la médecine du travail ainsi que la sous-déclaration des accidents d'exposition au sang. Le manque de temps et la complexité de la déclaration sont autant d'éléments rendant l'impasse difficilement surmontable.

Karine FAVRO

Maître de conférences en droit à l'université de Haute-Alsace, membre du CERDACC

Fabienne FAVRO-SABATIER

Docteur en médecine du travail, interne du CHU de Montpellier

Thème : Droit médico-social

vaccination hépatite B dépistage principe de précaution accidents d'exposition au sang