Étude comparative de la transplantation d'organes en droit iranien et français

Auteur : Mahmoud ABBASI

La question universelle de la transplantation d'organes n'est pas sans soulever d'importantes difficultés, qu'elles soient d'ordre médical, moral, religieux, économique ou juridique. Il n'est dès lors pas inintéressant d'envisager une étude comparative des dispositifs existants en Iran et en France, afin d'aboutir à leur parachèvement respectif. Concernant les questions cruciales du consentement du donneur, de la constatation de la mort cérébrale ou encore de l'état de nécessité dans lequel doit se trouver le receveur, un certain consensus semble se dégager. La cérémonie de deuil et d'enterrement, qui constitue un obstacle majeur au don d'organes serait plus difficilement surmontable dans le contexte iranien, en raison d'une plus forte influence religieuse. En outre, le système juridique français apparaît comme plus enclin à lutter contre le fléau mondial du trafic d'organes. L'étude comparative prend ici tout son sens, permettant un mimétisme conjectural opportun.

Mahmoud ABBASI

Docteur en droit, professeur à l'université Shaheed Béheshti (Téhéran), directeur du Centre iranien de recherche en droit médical et éthique médicale

Thème : Éthique médicale/Bioéthique, Droit international,européen et comparé de la santé

consentement état de nécessité droit comparé mort cérébrale trafic d'organes transplantation d'organes