Quelques réflexions sur la souffrance et son " sens " juridique

Auteur : Isabelle MOINE-DUPUIS

Il est difficile d'imaginer l'homme sans souffrance. Tout en étant une valeur fondamentale de la vie, elle est, selon les époques, plus ou moins prise en compte. La société actuelle et son corolaire le droit, s'inscrivent dans un mouvement de lutte contre la souffrance, en témoigne le contrat médical faisant peser sur le médecin l'obligation de la soulager. Des questions nouvelles se posent alors : peut-il exister une perte de chance d'avoir été soigné sans souffrir ? La souffrance peut-elle faire l'objet d'une liberté voire d'un droit ? Le rapport entre la souffrance et la dignité est indéniable en ce sens que l'atteinte à la dignité constitue généralement une souffrance. Le droit ne peut appréhender toute la réalité de cette souffrance car si celle-ci peut être illimitée, les règles et les droits subjectifs ne peuvent l'être par nature. La réponse juridique attendue sera toujours en deçà de la souffrance vécue, laquelle rappelle un peu plus à la personne sa propre finitude.

Isabelle MOINE-DUPUIS

Maître de conférences à la faculté de droit de Dijon Membre du CERJUMA (Groupe droit du vivant)

Thème : Droit médical, Organisation des professions/Déontologie, Éthique médicale/Bioéthique

euthanasie contrat médical droits libertés personne humaine souffrance