« νέα γὰρ φροντὶς οὐκ ἀλγεῖν φιλεῖ » : la « méprise » d’Euripide, quand le début de la vie croise la fin de vie

Auteurs : Faustine CORTI, Chloé GIQUEL, Jean-Philippe VAUTHIER, François VIALLA, Charlotte WATSON

De tout temps, la mort a été un sujet que beaucoup ont préféré occulter. Comme le soulignait Pascal, « les hommes n’ayant pu guérir la mort, la misère et l’ignorance se sont avisés pour se rendre heureux de n’y point penser » . Ce constat perdure dans notre société qui, si elle glorifie les séniors consommateurs, cache les personnes en perte d’autonomie. Parler de la frontière ultime de la vie est souvent considéré, de nos jours, comme une impudeur qui confine à l’indécence lorsqu’est évoquée la fin de vie de l’infans. Pourtant les questions soulevées par le passage ne sauraient être circonscrites au grand âge. Il faut, en effet, rappeler avec Woody Allen (ou Frédéric Dard) que « la vie est une maladie mortelle, sexuellement transmis- sible ». Vieillissants et mortels, nous le sommes dès notre conception  ! La fin de vie débute donc dès notre commencement, mais pour certains le franchissement du Styx (Στύξ ; Stúx) est des plus précoces. La mort peut survenir dans les premiers jours de la vie périnatale, elle peut aussi guetter la « personne humaine potentielle » dès sa vie anténatale. Mécanisme d’encadrement du fait social, le droit est alors interrogé par la mort qui survient au commencement de la vie.

I. La fin de vie anténatale

A. Les implications de la mort anténatale

1. La mort anténatale délibérée : le nécessaire encadrement juridique de l’interruption volontaire de grossesse

2. La mort anténatale accidentelle : le débat autour du statut juridique de l’enfant à naître

B. Les conséquences de la mort anténatale

1. La mémoire de l’enfant à naître

2. Le corps de l’enfant à naître

II. La fin de vie néonatale

A. L’enjeu de la vie

B. L’enjeu de la mort

Faustine CORTI

Faustine CORTI est en master 2 Droit médical et pharmaceutique.

Chloé GIQUEL

Chloé GIQUEL est juriste et responsable administratif à la Structure fédérative de recherche ASMES, CHRU de Montpellier, et membre de la direction de la recherche et de l’innovation et de la direction des affaires juridiques.

Jean-Philippe VAUTHIER

Jean-Philippe VAUTHIER est docteur en droit, juriste assistant au TGI de Cayenne et chargé d’enseignements à l'université de Guyane. Il est également chercheur associé à l'institut François Gény (EA 7301) de l'université de Lorraine.
 

François VIALLA

François Vialla est professeur à l'université de Montpellier, directeur du Centre européen d’Études et de Recherche Droit & Santé, UMR 5815, et membre de la Structure fédérative de recherche ASMES.

Charlotte WATSON

Charlotte WATSON est stagiaire-élève avocate à la direction des affaires juridiques du CHU de Montpellier.

Thème : Droit médical, Droits des patients et usagers, Éthique médicale/Bioéthique

Mort et droit de la santé : les limites de la volonté (n°23)

15 €

Fiche technique

Les cahiers de droit de la santé

Support : Numérique

ISSN : 2427-4836

26 pages

Page 121 à 147